Vendredi 14 Août 2015

Eglise de St-Agnan-en-Vercors, 18h30
Carnets de bal

Franck Masquelier - Flûte
Sébastien Vanlerberghe - Hautbois
Serge Fustin - Basson

Nous vous invitons à la danse et vous emmenons de collines en vallées. Car, entre l'intelligence des choses et la sensibilité, il y a cet indescriptible et vaste territoire de l'incomplétude où poussent les fleurs sauvages qui nous rappellent les jardins de nos âges et des arbres qui ont marqué les saisons de nos pensées. Mais dès lors que l'on cède à l'enjôlerie de ces danses, on prend conscience que les ébranlements et sensations sont métamorphosés par l'instrument. Articulées l'une à l'autre, ces danses, très vite, n'en forment qu'une, certes multiple et parfois étrange o. chacune apportant aux autres ses effluves, ses torsions et ses parfums, une oeuvre inédite apparaît, une sorte de bouquet où chaque fleur, sans qu'aucune perde sa nature, son odeur, sa couleur, son allure, est désormais inséparable des autres. Une danse dans tous ses états, de grâce, de plaisir ou de mélancolie.

Quelle langue parlent la musique et la danse. Une langue c'est certain, puisque, souvent, elle apporte à sa façon ce que les mots, parvenue aux frontières du dicible, ne sont plus en mesure de nous révéler.

Ces trois musiciens, habitués du Festival "Musiques-­‐en-­‐Vercors", proposent un programme original "carnets de bal", allant de la musique baroque (Lully, JS Bach) à la danse populaire (milonga, valse, rock, blues, boogie) en passant par la Danse Hongroise et les tangos argentins d'Astor Piazzolla. Ce concert sera commenté par les artistes

Au programme

  • J.B. Lully : Marche pour la cérémonie des Turcs !
  • Jean-Marie Leclair : Deuxième Récréation
  • Carl-Maria von Weber : 4 Valses !
  • Wilhelm Popp : Danse Hongroise Opus 308 n°2 !
  • Astor Piazzolla : Sens unique
  • Tango tzigane - Marron y azul !
  • Carlos Gardel (1890 - 1935) : Por una cabeza
  • Sebastian Piana : Milonga Sentimental !
  • Franck Masquelier : Blue Boogie
  • Bas Rock Trio

Place de la Mairie - Corrençon-en-Vercors, 18h30
La Clarinette dans tous ses états

Eric Belleudy - Clarinettes

avec la participation des stagiaires de la classe de cor de la 25ème Académie Musicale

Le chalumeau européen du Moyen Âge fut sans doute l'ancêtre le plus direct de la clarinette. Aujourd'hui encore, le registre grave de la clarinette est appelé registre du chalumeau. C'est à Johann Christoph Denner (1655-­‐ 1707) que l'on doit l'invention de la clarinette lorsque vers 1690, il ajouta au chalumeau français le pavillon et deux clés d'importance majeure. L'ajout de la clé de 12e permit de tirer parti de l'aptitude de l'instrument au quintoiement, que les musiciens les plus doués pouvaient provoquer par une modification de la position de l'embouchure. Le registre atteint est alors celui dit du clairon et sa sonorité se rapproche de la clarine, petite trompette du xviiie siècle, qui donna son nom à la clarinette.

 

Dans l'état, l'instrument ne disposant pas d'une gamme chromatique complète, il restait prisonnier de quelques tonalités particulières. Pour y remédier, les musiciens disposaient de différents modèles de clarinettes, réalisés chacun pour une tonalité spécifique. Les altérations pouvaient cependant être obtenues par des doigtés fourches ne permettant pas une grande virtuosité, et à la sonorité peu satisfaisante.

 

La clarinette fut amenée à son degré de perfectionnement actuel par le facteur d'instruments français Louis Auguste Buffet en collaboration avec le clarinettiste Hyacinthe Klosé. Tous deux adoptèrent le principe des anneaux mobiles que l'Allemand Theobald Boehm avait imaginé pour la flûte : le système Boehm. Aujourd'hui, le système Boehm est utilisé par les clarinettistes du monde entier, aux exceptions des Allemands et des Autrichiens, qui se servent pour la plupart du système concurrent : le système Oehler.

Eric Belleudy, avec les stagiaires clarinettistes de la 25ème Académie Musicale d’été de Villard-­‐de-­‐Lans proposera un programme festif, afin de découvrir la famille et le répertoire de cet instrument finalement méconnu, en solo ou en ensemble.

Au programme

  • W.A Mozart : Divertimentos pour 2 clarinettes et cor de basset
  • Ignace Pleyel : Duos pour clarinettes B 538/543
  • Francis Poulenc : Sonate pour 2 clarinettes
  • Charles Gounod : Marche funèbre d’une marionnette etc…