Mardi 11 Août 2015

Eglise de St-Julien-en-Vercors, 18h30
Parfum d’Orient

Trio Panama
Franck Masquelier - Flûte
Pascal Pacaly - Guitare
Dominique Naninck - Percussions
&
Stanislas Grassian - Récitant

L'Orient est­‐il l'antagonisme de l'Occident ? La réalité est en fait le théâtre d’un conflit entre deux polarités antagonistes : les ténèbres et la lumière, soit ce qu’il y a de plus manifeste, présence de l’être à soi‐même, vie et connaissance de soi.

 

Le Trio Panama propose de mettre en lumière cette antinomie de la musique orientale à travers un voyage musical, parcourant les différentes cultures et différents pays d’Asie.

Ce programme, sera mis en lumière par des poèmes et textes japonais, chinois, arméniens et arabes, récités par Stanislas Grassian.

“La lune ? Ce n'est plus la même
Le printemps ? Ce n'est plus le printemps d'autrefois.
Moi seul n'ai pas changé.
Ô fleurs du ciel ! Tombez en obscures nuées
Au point que la vieillesse en perde son chemin.“
Ariwara no Narihara, poète japonais (825‐879)

Au programme

  • Danses arméniennes
  • Sylvain Kassap : Karagöz
  • Ravi Shankar : l’Aube enchantée
  • Francisco Tarrega : Caprice arabe
  • Trois mélodies japonaises : (la lune sur le château en ruine - Hakone magouta - Lullaby of Itsuki)
  • Deux mélodies chinoises (Su Wu garde les moutons - Le brocar en huit coupons)
  • Trois danses palestiniennes (Lunna Shahanaze - El Bahàra - La maman de Saad)

Textes : textes ou poèmes chinois, japonais, indiens, palestiniens…

 

Lors d’un concert autour du tango, le Trio Panama a vu le jour en 1993. Franck Masquelier aux flûtes traversières, Pascal pacaly aux guitares et Dominique Naninck, aux percussions décidèrent de garder le tempo !

Enchanté par cette première expérience, le trio “PAcaly, NAninck, MAsquelier” poursuivit ce travail d’arrangement à partir de musiques aussi différentes que les “danses roumaines” de Bela Bartok, “l’histoire du Tango” d’Astor Piazzola ou bien encore des oeuvres du compositeur brésillien Heitor Villa-­‐Lobos.

Avide d’échanges musicaux, le Trio Panama commande alors pour cette formation, où tout un répertoire original reste à écrire, des oeuvres à des compositeurs français, contribuant ainsi à mieux les faire connaitre et à mettre en valeur toutes leurs idées novatrices.

Le Trio a donc créé des pièces qui lui sont dédiées de compositeurs d’horizons divers, tels que Gérard Marais, Roland Dyens, Sylvain Kassap, Yan Vagh et Gary Brunton, ainsi que celles de Dominique Naninck, et Franck Masquelier musiciens du Trio.

Retenu pour son originalité et ses qualités musicales pour sa prestation lors du Concours National des Ensembles organisé par l’U.CE.M. 78, le Trio Panama est régulièrement programmé à Paris, par la D.A.S.C.O, la Fondation “Présence de l’Art”, la Fondation “Singer-­‐Polignac” et a effectué une tournée à la Guadeloupe en 2000.

Ses interventions musicales sur France Musique, à plusieurs reprises, dans les émissions de Thierry Beauvert “Sur tous les tons”, et Laurent Valéro “Extérieur Nuit” ont été salués par les professionnels. D'autre part, le Trio collabore régulièrement avec la comédienne Roselaine Bicep, pour créer des contes musicaux, "l'Hymne Harmonique" et "Le Carnaval de Rosette". Sur scène, le Trio Panama fait partager sa vitalité artistique, également faite de rencontres, et ouvre à son public un large champ de découvertes sonores. Le trio panama joue résolument la carte de l’originalité. S’enrichissant de la diversité de leurs instruments, opposant et unissant tour à tour différentes palettes sonores, ces trois musiciens créent et interprètent des oeuvres commandées auprès de compositeurs d’horizons divers : Gary Brunton, Roland Dyens, Sylvain Kassap, Gérard Marais, Yan Vagh et leurs propres compositions : Karaïb de Dominique Naninck et Panam' Bossa de Franck Masquelier. Le Trio Panama est subventionné par la Ville de Villiers-s/Marne et y est en résidence.

Stanislas Grassian, comédien metteur en scène

Il se forme dès l'âge de 17 ans à l'École des Arts du Spectacle à Sarlat, puis au Théâtre de la Vache Cruelle à Périgueux où il travaille sous la direction de Pierre Orma. Il poursuit sa formation à Paris au sein de l'École du Théâtre des Embruns, puis à l'Ecole Internationale de mimodrame Marcel Marceau. Il travaille plusieurs années avec la Compagnie du Théâtre en Partance où il interprète, sous la direction de Samir Siad et Valérie Aubert, les rôles de Sganarelle dans Dom Juan et dans Le Médecin malgré lui de Molière.

 

Il joue alors dans La Vagabonde de Colette, les écrits de combats de G. Bernanos puis une vingtaine de pièces d’auteurs tels que F. Pessoa et M. L. Fleisser. E. Labrusse, Voltaire, Racine, J. Prévert, S. Jaubertie. En juillet 2001, il rencontre Jean-­‐Claude Penchenat dans le cadre del'A.R.I.A. en Haute Corse et participe à la création d'Un homme exemplaire de Carlo Goldoni. Il participe à la pièce de J. Giraudoux La Folle de Chaillot, mise en scène de F. Rancillac.

 

Au sein de la Compagnie CoBuffo Théâtre , Il adapte et met en scène une création originale Fernando Pessoa, mort d’un hétéronyme d’après les textes de Fernando Pessoa (plus de 50 représentations à Paris et en Province en 2003), Le Monde comme il va de Voltaire, Le bâteau ivre d'A. Rimbaud et Le cauchemar de Narcisse (création muette).

 

Au sein du Collectif Hic et Nunc, Il adapte et met en scène Le Songe de l’Oncle de Fédor Dostoïevski (La Cartoucherie et Théâtre du Sorbier 2007), et il met en scène les pièces contemporaines …alias, le bonheur de Ludovic Longelin (La Cartoucherie -­‐ 2008), Les Falaises de Stéphane Jaubertie (La Cartoucherie et Théâtre du Sorbier 2007).

 

Stanislas Grassian a également développé des activités de comédien au cinéma : le rôle principal dans Commerce équitable, un film de Dominique Robert, Le trésor des silences, réalisé par Linda Arzouni, ainsi que des court métrages : La bombe, réalisé par Stéphane Kot, Outlin’g écrit et réalisé par Damien Priolet, Kevin, réalisé par Frédéric Mousseau. D’autre part, on a pu le voir à la télé dans Éliane, réalisé par Caroline Huppert, Rose et Val réalisé par Didier Le Pêcheur, Le clan Pasquier réalisé par Jean-­‐Daniel Verhaeghe, et Les Innocents réalisé par Denis Malleval.

 

Stanislas Grassian enseigne également le théâtre corporel à l’école pluridisciplinaire des Arts de la scène, à Paris, sous la direction artistique de Guy Shelley. Depuis 2007, il est également coorganisateur du festival Un Automne à Tisser au Théâtre de l’Epée de bois - Cartoucherie


Eglise de Lans-en-Vercors, 21h00
Ramdam

Ensemble “Trio de Clarinettes”
Armand Angster - Clarinettes
Jean-Marc Foltz - Clarinettes
Sylvain Kassap - Clarinettes 

 

Autour d’un instrument populaire… la clarinette, trois musiciens aux parcours atypiques confrontent leurs expériences plurielles.

 

Dans une musique qui se forme et se transforme délibérément au-­‐delà des frontières de genres et de styles, l’expressivité et l’énergie libre du jazz côtoie la virtuosité et l’exigence de la musique savante contemporaine, autant que l’émotion et la spontanéité jubilatoire des musiques traditionnelles.

 

Sur scène, les 3 intrépides clarinettistes voltigent avec humour et insolence entre l’écrit et l’improvisé… et les clarinettes de toutes tailles, tantôt bavardes, tantôt à la lisière du silence, croisent et décroisent leurs poésies au son et au rythme des musiques vivantes d’aujourd'hui.

 

 

 

Ce concert est co-produit avec l’Ensemble Accroche Note.

 

Accroche Note est un ensemble conventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Alsace - et la ville de Strasbourg, et soutenu par la Région Alsace, le Conseil général du Bas-Rhin, la Spedidam et la Sacem. Accroche Note reçoit pour son action en faveur de la Musique Contemporaine le soutien de Musique Nouvelle en liberté.

Au programme

  • Armand Angster : Ploc, Cloches tubes , Loops, Désert, Choral, Firmin, Epilogue
  • Jean-Marc Foltz : Dunes de glaces, Yu bin ha ga ki
  • Sylvain Kassap : Ramdam, No no no

Armand Angster

Soliste dans un répertoire qui s'étend de Mozart aux oeuvres les plus récentes du XXIème siècle et à la musique improvisée, Armand Angster est le dédicataire de nombreuses pièces (Pascal Dusapin, Georges Aperghis, Franco Donatoni, James Dillon, François Bernard Mâche...) et est à l'origine avec Françoise Kubler (soprano) de l'ensemble Accroche Note qui s'impose dans les plus grandes manifestations internationales depuis de nombreuses années. Il joue en soliste avec Music Project (Londres), l’Orchestre Philharmonique de Radio France, New Ensemble (Amsterdam), Ensemble Recherche, Carme Di Milano, Ensemble Alternance (Paris), Ensemble de L'Itinéraire, SWF Baden Baden...

Il fonde le 1er trio de clarinettes avec Louis Sclavis et Jacques Di Donato et participe à l’aventure de Passagio avec Jean Paul Céléa, François Couturier, Wolfgang Reisinger et Françoise Kubler. Il pratique également les musiques improvisées à l'occasion de projets mixtes écriture/improvisation qui lui permettent de jouer avec Barre Philips, Paul Lovens, Pascal Contet, Carlo Rizzo, Eric Watson, Wolfgang Fuchs... Il enregistre de nombreux disques pour Accord, Etcetera, RCA, FMP Berlin, Ades, Naïve, MFA, Salabert Actuel, ENJA, l'Empreinte digitale, Universal.

Sylvain Kassap

Sylvain Kassap est un de ceux qui comptent sur la scène du jazz européen où il se produit depuis 1976 aux côtés des plus grands (Michel Portal, Louis Sclavis, Henri Texier, John Surman, Barre Philips, Sam Rivers, Steve Lacy, Evan Parker, Bernard Lubat...).

 

Parallèlement il interprète comme soliste ou dans divers ensembles le répertoire moderne et contemporain de la clarinette et créedes oeuvres de compositeurs tels que Bernard Cavanna, Jacques Rebotier ou François Rossé... Compositeur principalement autodidacte, il a écrit depuis le début des années 80 une quarantaine de musiques pour le théâtre, le cinéma, la danse ou la télévision. Au cours des années 1990, par envie, par choix, et pour répondre aux demandes de solistes (la harpiste Hélène Breschand, le tubiste François Thuillier, le saxophoniste Jean Pierre Baraglioli…) ou d'ensembles (Ars Nova, Alternance, Laborintus, l'Ensemble de trompettes de Paris, Sextuor Baermann…) il développe une écriture plus contemporaine; dans un premier temps influencée par Luciano Bério et Franco Donatoni, puis plus personnelle.

Il a enregistré avec ; Sam Rivers, John Greaves, Claude Barthélémy, Pierre Bensusan, Ricardo Del Fra, Eddy Louiss, Guesh Patti, Jacques Mahieux, Okay Temiz, Gunter Sommer, Sapho, Anthony Ortega, les ensembles ARS Nova & Laborintus... et publié une douzaine de disques sous son nom.

Jean-Marc Foltz

Jean-­‐marc Foltz s’impose depuis quelques années comme une voix singulière dans la filiation des clarinettistes. Adepte des croisements et des chemins de traverses, il choisit de se confronter d’abord aux compositeurs vivants pour remonter ensuite le cours de l’histoire.

 

À partir de 1988 il collabore régulièrement avec Accroche Note ; en 1992/93 il devient soliste de l’ensemble Musikfabrik NRW à Düsseldorf puis travaille pendant deux ans avec l’Ensemble InterContemporain. Il développe ensuite des projets originaux sous son nom, participe à la création de United Instruments of Lucilin à Luxembourg et collabore avec l’ensemble Alternance.

 

Avec le Grand Lousadzak de Claude Tchamitchian, l’année 2000 marque un tournant dans sa carrière qui s’oriente alors plus vers le jazz, les musiques improvisées et la rencontre avec des musiciens traditionnels. Engagé dans des collaborations privilégiées à long terme, il travaille avec Stéphan Oliva et Bruno Chevillon, Bill Carrothers et Matt Turner, Sébastien Boisseau et Christophe Marguet, Araik Bartikian et Keyvan Chemirani.

 

À partir de 2005 il développe ses propres compositions en trio et en quartet et fonde Le Trio de clarinettes avec Armand Angster et Sylvain Kassap. Sa discographie compte une trentaine d’enregistrements.