Jeudi 6 Août 2015

Villard-de-Lans, maison du patrimoine, 18h30
Inauguration du Festival
Viens une flûte invisible

Stanislas Grassian - Récitant
Franck Masquelier - Flûte

La musique se prête à de multiples interprétations et tisse de mystérieuses correspondances avec le mouvement impressionniste.

 

La technique picturale des impressionnistes privilégie “l’ impression“ instantanée, fugitive, sur la construction de l’esprit. Elle marque l’aboutissement des recherches sur la lumière, laissant pressentir des jeux phénoménaux de clair-­‐obscur. Or cette présence crépusculaire, où s’exprime le caractère essentiel du funèbre, se retrouve également dans les compositions musicales de l’époque. Portée par l’élan romantique mais aussi baroque, la musique “impressionniste“ se résout dans le mystère de l’inexprimable des sensations.

Là où la musique peut correspondre aux visées de l’impressionnisme en peinture, c’est certainement dans ses “aptitudes à suggérer les phénomènes dans leur durée“. En effet, la musique est depuis déjà plusieurs années reconnue comme un art du temps, un art impalpable, insaisissable. Le matériau sonore peut, à sa façon, suggérer le mouvement par des jeux de textures, des motifs répétés se combinant et se transformant graduellement. Le terme d’impressionnisme en musique fait néanmoins depuis longtemps débat, les compositeurs ayant exprimé en leur temps une grande réticence devant cette appellation.

 

Un programme original pour cette inauguration de la 19ème édition du Festival, alternant musique et poésie, allant des prémices de l’impressionnisme jusqu’au surréalisme. Avec cette complicité qui les caractérise, les deux artistes proposeront de faire découvrir au public cet univers en notes et en mots. Un cocktail sera servi à l’issue de ce concert inaugural.

 

  • Claude Debussy : Syrinx et Pour invoquer Pan
  • André Caplet : Viens une flûte invisible
  • Albert Roussel : Rossignol mon mignon
  • Jacques Ibert : Pièce pour flûte seule
  • Pierre-Octave Ferroud : Jade, extraite des Trois pièces
  • Charles Koechlin : Les tranquilles clartés de l’intelligence et Lumière, modération, équilibre, extraits des chants de Nectaire
  • Olivier Messian : Le Merle noir, extraits
  • André Jolivet : Incantation Pour que l’image devienne symbole

Textes de S. Mallarmé, P. Louÿs, Ch. Baudelaire, H. de Régnier, G. Apollinaire, P. Verlaine, A Breton